sauvons le logement social
Toute l'actualité
Le dernier magazine des locataires est disponible. Au sommaire : un dossier complet sur les ...
En savoir plus
Le 5 octobre, Silène a organisé des portes ouvertes sur la résidence Plaisance ...
En savoir plus

Cité SWAG : 3 job-datings dans les quartiers

03/10/2017

Silène a démarré le projet Cité SWAG « édition 2017 » en mai-juin avec des tournois de football dans les quartiers de Saint-Nazaire. Comme l’an dernier, la 2ème phase du projet « 1 jeune / 1 entreprise » entre en jeu avec 3 job-datings d’octobre 2017 à janvier 2018, à destination des 16-30 ans. Première rencontre en pied d’immeubles le 5 octobre à Prézégat, avec près de 100 entreprises partenaires !

Suite au succès rencontré lors de la 1ère édition, Silène a reconduit l’action Cité SWAG à Saint-Nazaire, en l’étendant aux quartiers ouest en plus des quartiers nord. En mai et juin 2017, des tournois de football se sont déroulés dans les quartiers de Prézégat, Berthauderie et Bouletterie avant un tournoi final inter-quartiers au stade Léo Lagrange le 9 juin. Plus de 200 jeunes ont répondu présents lors de cette 1ère phase du projet.

3 job-datings sont programmés les jeudis suivants de 18h à 20h dans les quartiers nazairiens : Prézégat le 05/10, La Bouletterie le 30/11 et Le Petit Caporal le 11/01.


Près de 100 entreprises partenaires pour cette 2ème édition !


Dès le début de Cité SWAG, l’emploi et a formation ont été repérés comme causes principales du « mal-être » de ces jeunes sans activité et qui occupent les halls d’immeubles. Silène a donc mobilisé son réseau de partenaires, entreprises et institutionnels, pour concevoir une action au plus près des jeunes : offrir des rencontres en pied d’immeubles avec des professionnels, sous la forme de job-dating.

Pour la version 2017 de l’action, près de 100 entreprises sont mobilisées (contre 70 en 2016), dont de nombreuses nouvelles sociétés en dehors du réseau professionnel de Silène, preuve que l’action gagne en notoriété !
 

Pour rappel, en 2016, 70 entreprises avaient été partenaires de l’action et environ 100 jeunes sur 200 rencontrés avaient obtenu un contrat de travail, un contrat professionnel ou aidé, ou encore un stage dans le cadre d'une formation professionnalisante.



archives imprimer